Réaliser un diagnostic RPS / QVT sans biais ?

biais diagnostic RPS QVT

Vous aussi, vous pensez qu’un diagnostic RPS / QVT n’est pas toujours aussi pertinent que ce que vous espériez  ? Vous aimeriez que votre personnel soit plus engagé dans la démarche ? Que le diagnostic colle plus à la réalité de votre entreprise ? Votre diagnostic est probablement propice aux biais culturels, aux biais d’échantillonnages ou aux biais d’évaluation subjective. Voici comment éviter ces biais.

 

flèche

 

 

Éviter les biais culturels

Diagnostic RPS et QVT extrait de la culture d'entrepriseL’objectif : construire le diagnostic en adéquation avec l’identité de l’entreprise.

La méthode : réaliser des entretiens semi-directif pour rester centré sur le travail tel qu’il est vécu dans votre entreprise.

Les résultats : exit les questionnaires standardisés (type Karasek ou Siegrist) ! Nous amorçons le diagnostic ensemble, en parlant de vous, votre travail, vos métiers et votre réalité.

L’intérêt : libérer la parole, favoriser la compréhension et l’engagement des collaborateurs autour de la démarche. Se cacher derrière la validité psychométrique (pas nécessairement scientifique) des questionnaires standardisés pour “faire le tri” dans les thèmes à aborder et une aberration qui amène trop souvent à décrédibiliser la démarche.

 

 

 

 

Limiter les biais liés à l’échantillonnage

limiter les biais d'échantillonnage

L’objectif : faire participer l’ensemble des collaborateurs au diagnostic.

La méthode :

  • réaliser des entretiens semi-directif avec l’ensemble du personnel ou un échantillon (suivant la taille et les besoins de l’entreprise).
  • analyser les situations pour construire un questionnaire tiré du vécu des travailleurs.
  • faire participer l’ensemble du personnel via le questionnaire.

Les résultats : l’ensemble du personnel est sollicité et chacun choisit son niveau d’engagement.

L’intérêt : une méthode digne de la démarche d’exploration scientifique, qui favorise la participation de tous, quelque soit la taille de l’entreprise. Exit les conclusions hâtives qui prennent en compte l’avis d’une minorité.

 

 

flèche

 

Réduire les biais d’évaluation subjective

Effet des situations de travail sur la santé mentale

L’objectif : mesurer (statistiquement) l’effet sur la santé psychologique au travail des situations vécues par le personnel.

La méthode :

  • faire passer un questionnaire évaluant la fréquence d’exposition à des situations de travail et un questionnaire évaluant la santé psychologique au travail.
  • mesurer à l’aide d’outils statistiques l’effet de la fréquence d’exposition à une situation sur la santé au travail.

Les résultats : réaliser une mesure objective à partir des réalités subjectives propre aux RPS / QVT. Autrement dit, centrer le diagnostic sur les effets sur la santé psychologique (objectif), et non sur les sentiments vis-à-vis d’une situation.

L’intérêt : privilégier la mesure à l’évaluation subjective.

Cet article est tiré de mon offre de formations. Ces méthodes sont intégrées à ma formation “préparer une démarche de promotion du bien-être au travail“. Pour en savoir plus n’hésitez pas à me contacter.

Réaliser un diagnostic RPS / QVT sans biais ?

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :