Mesurer les facteurs de Santé Psychologique au Travail

mesureLa dernière étape d’un diagnostic consiste à classer les risques et opportunités que vous avez préalablement identifiés. Cette classification n’est pas forcément simple, d’autant que vous vous retrouvez avec de nombreux facteurs (ce qui est tout à fait normal). Pourtant, de cette classification dépend vos actions de prévention et donc la réussite de votre démarche. Pour réaliser cette classification, nous allons mesurer les risques. Une mesure précise évitera les erreurs de classification et facilitera le développement d’action de prévention.

Qu’allons-nous évaluer ?

Dans la phase d’évaluation nous allons donner des notes pour chaque composante du risque ou de l’opportunité. Les trois composantes sont :

  • la fréquence d’apparition
  • les conséquences sur les travailleurs
  • le niveau d’acceptabilité (ou seuil de tolérance).

Remarque : Il s’agit des mêmes composantes que celles permettant de réaliser le document unique d’évaluation des risques professionnels.

Deux approches permettent de réaliser cette évaluation. La première s’appuie sur l’évaluation par un expert (ou un groupe d’experts). La seconde s’appuie sur la mesure (statistique dans notre cas) et le concept de sagesse des foules.

Faire évaluer par un expert

Dans la première approche vous faites appel à expert (préventeur interne, consultant etc.) ou un groupe d’experts (CHSCT, médecin du travail, psychologue etc.). Ils vont utiliser leurs connaissances pour évaluer chacun des risques et des opportunités identifiés.

Dans les faits, les experts notent de 1 à 5 la fréquence (1 étant un événement qui arrive rarement et 5 un événement qui arrive extrêmement souvent). Ils font de même pour les conséquences sur les travailleurs (de sans conséquence à extrêmement grave). De ces deux évaluations ils déduisent le niveau d’acceptabilité. Pour les risques, si l’évènement est jugée fréquent et grave, il ne sera pas acceptable. S’il est rare et sans conséquence il est totalement acceptable. À l’inverse, une opportunité qui est rare et peu bénéfique pourra devrait être remplacé par une opportunité plus fréquente (ou qui peut devenir plus fréquente) et fortement bénéfique.

Matrice d’évaluation des risques
Gravité
Fréquence 6 7 8 9 10
5 6 7 8 9
4 5 6 7 8
3 4 5 6 7
2 3 4 5 6

Limites :

Les problèmes que pose ce système de classification sont multiples. La première limite provient de la subjectivité de ce système d’évaluation. Sur un concept aussi abstrait que la santé psychologique au travail, les écarts de représentation des experts peuvent provoquer des écarts de notation importants. De nombreux biais cognitifs peuvent également rentrer en jeu. Il est donc délicat de confier l’évaluation à un groupe restreint. De plus cette technique ne favorise pas l’engagement des travailleurs dans la démarche, les résultats pourront facilement être remis en cause par le personnel ce qui pourrait provoquer des résistances dans la suite de la démarche. En, avec cette démarche l’organisation est dépendante de l’expert ou du groupe d’experts.

Mesurer statistiquement

Avec cette méthode nous ne faisons plus confiance à un groupe d’experts mais aux travailleurs. Le postulat de base propose que les travailleurs soient les mieux placés pour évaluer les risques et opportunités pour leur propre santé psychologique. L’ensemble du personnel est alors acteur de la démarche de diagnostic. Les écarts de perceptions entre travailleurs sont moyennés. Les résultats obtenus sont dès lors plus précis que ceux évalué par le groupe d’experts. Il s’agit d’une application du principe de la sagesse des foules et plus généralement de l’intelligence collective. La méthode que je propose est en deux étapes : la première consiste à créer un questionnaire spécifique au diagnostic (comme vu dans la partie 1). La seconde consiste à réaliser des tests statistiques pour mesurer les risques et opportunités.

Élaboration du questionnaire

Si l’identification des facteurs est correctement réalisée, le questionnaire devrait être simple à élaborer. La première partie du questionnaire correspond à la liste de ces facteurs. Chaque facteur doit être associé à une échelle d’évaluation de la fréquence.

À quelle fréquence vivez-vous ces situations ? (entourer le chiffre correspondant à la valeur la plus juste)
Situation Une fois par mois ou moins Plusieurs fois par mois Presque toutes les semaines Plusieurs fois par semaines Tous les jours ou presque
Je réalise des heures supplémentaires 1 2 3 4 5

 

La seconde partie du questionnaire correspond à une échelle d’évaluation de la santé psychologique au travail comme par exemple l’échelle développée par Gilbert, Dagenais Desmarais et Savoie (2011).

Traitement du questionnaire

Le traitement des données demande des connaissances basiques en statistiques. Pour ma part j’utilise le logiciel R (gratuit) pour réaliser les tests. Pour calculer la fréquence du risque ou de l’opportunité nous allons simplement calculer la moyenne des fréquences données par les participants. Les tests devront être réalisés pour chacun des facteurs.

Mesure Test utilisé

Méthode

Fréquence d’apparition Moyenne Moyenne des réponses des participants sur l’échelle de fréquence associée au facteur.
Conséquence sur les travailleurs Corrélation de Spearman Corrélation non-linéaire entre la fréquence d’apparition et le niveau de santé psychologique au travail du personnel. Plus la corrélation sera forte, plus le facteur aura de conséquence sur la santé des travailleurs.

L’échelle de Gilbert, Dagenais Desmarais et Savoie est divisée en une évaluation de la détresse et une évaluation du bien-être. La corrélation facteur / détresse permet de mesurer l’effet des risques alors que la corrélation facteur / bien-être mesure l’effet des opportunités.

Niveau d’acceptabilité

 

Résolution d’équation Dans le modèle de Gilbert et al. un individu est considéré comme en détresse psychologique s’il obtient un score supérieur à 2,36. Pour déterminer le seuil d’acceptabilité d’un risque, il suffit de calculer à partir de quelle fréquence ce seuil de 2,36 est dépassé.

 

Avec ces méthodes vous devriez être capable d’organiser les risques en fonction de leur fréquence et gravité. Vous devriez pouvoir réaliser le tableau suivant.

Facteur Fréquence Gravité Niveau d’acceptabilité Moyen de prévention
Risques liés à une surcharge de travail (dépassement d’horaires,  anxiété, désorganisation etc.)

 

1,5 0.8 2

Lire : Dans cette entreprise, l’apparition d’une surcharge de travail est peu fréquente (1,5 sur une échelle allant de de 1 à 5). Cependant la manifestation d’une surcharge au travail est fortement nocive pour la santé des employés (gravité 0.8 pour une valeur allant de 0 à 1). L’atteinte pour la santé se produit lorsque la surcharge de travail arrive plusieurs fois par mois (2 renvoyant à la mention « plusieurs fois par mois » de l’échelle de fréquence utilisé dans le questionnaire).

Conclusion

Avec cette méthode, le risque est caractérisé. À noter que réaliser cette dernière méthode vous demandera de développer des compétences au sein de votre équipe. Elle favorise l’engagement de votre personnel et permet d’avoir un diagnostic précis. Elle sera également utile pour l’évaluation des coûts liés à la santé psychologique dans votre entreprise.

Télécharger cet article en pdf pdflogo

Mesurer les facteurs de Santé Psychologique au Travail
Mot clé :            

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :